Au départ, je commence à être conscient de qui « je suis ». Puis que « je suis  » au milieu des autres.

L’instant où « je suis » peut se matérialiser dans le corps par un frétillement, un mouvement, une ondulation, un fourmillement le long de la colonne vertébrale. C’est le moment où l’on sent « l’onde », cette vague qui est la manifestation que nous sommes dans l’état où chaque particule est dans l’état superposé « onde et corpuscule ». Etat où tout est possible.

Une simple intention va matérialiser un des états : onde  OU corpuscule .

L’intention est une pensée, un jugement, un désir, une idée, un choix… une intention trop précise qui ne serait pas « juste » réduirait le champ des possibles et donc les probabilités. Une intention subtile créera un espace de probabilités accrues dans le champ des possibles.

Dans le premier cas cela reviendrait à chercher une aiguille dans une botte de foin; dans le deuxième, l’aiguille sera dans une botte (chaussure) de foin. (Je viens de vous proposer aussi qu’avec le mot « botte » je peux y mettre l’intention plus ou moins subtile, c’est un jeu de mot possible avec cet homophone). Une intention peut soit ouvrir le champ des probabilités, soit le réduire.

La deuxième étape, c’est de comprendre que « je suis » fait partie de nombreux  « nous sommes », dont un des premiers est le système de mon corps, un autre serait par exemple la famille, un autre le système avec mon partenaire de vie, un autre encore le village, un autre encore,  l’espace-temps de la queue en caisse du supermarché. Chaque système fait plus ou moins partie d’autres systèmes : physiques, énergétiques, d’idées, d’appartenances, de sociétés … Dès qu’il y a 2, il y a système.

Dans chaque système il y a des « êtres » qui eux-mêmes sont créateurs.

Je SUIS est la première étape et ensuite le NOUS SOMMES. La dernière étape c’est d’être conscient des allers retours entre le JE SUIS et les NOUS SOMMES.

Il semblerait que l’univers serait la projection de multiples observateurs conscients, comme en physique quantique où l’observateur crée la matière. Un simple observateur créé une matière subtile, plusieurs observateurs créeront une matière de plus en plus dense.

Alors, « Etre » ouvre la porte, et « être avec », on créé dans tous les plans vibratoires jusqu’à la matière et donc, l’Uni-vers. (un uni en mouvement).

 

ps: les allers retours entre je suis/nous sommes créent une onde … « Je suis » c’est aussi ma spécificité, c’est ce qui fait que le « nous sommes « est aussi riche. C’est d’ailleurs la part de l’égo cette spécificité, elle nous permet de nous démarquer et de nous enrichir les uns, les autres. Si je reste constamment dans le « nous sommes » je perds ma part d’individualité pour épouser la conscience de masse. C’est possible 😉 est ce souhaitable? à chacun de faire un choix en conscience dans le « je suis » !

 

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.